Julie Lagarrigue partage son regard d’artiste à propos du soin (au sens propre du terme) qu’on porte à l’autre. Elle questionne la place de l’art dans les établissements de santé. 
Elle témoigne autant qu’elle s’interroge.

Je nais en Corrèze sur le marché de Brive La Gaillarde.

J'ai 6 ans, je m’endors sur les genoux de mon père dans des églises mal chauffées au son de concerts d’orgue. Je déteste ça. 

J'ai 16 ans, ma mère m’emmène voir Jean jacques Goldman à la patinoire de Bordeaux. Le son est très mauvais, mais je réalise que ça existe en vrai.

J'ai 17 ans, j’entre à l’école des Beaux Arts de Bordeaux. Je construis des tableaux vivants faits de personnages étranges, grandeur nature, en papier kraft.

A 25 ans, j’expose mon travail. Je me sens seule près des petits fours des grands vernissages.
Je monte mon premier groupe de musique de rue.
J’écoute Dominique A, Miossec, Barbara, Edgar de l’est, Noir Désir.

Je commence mes études d’art-thérapie et découvre la pédagogie et le mouvement humaniste.

Je me forme en chant, souffle et voix, et improvisation clown. Je travaille comme art-thérapeute avec des traumatisés crâniens. Je retrouve mes personnages de papier. Fragiles, vulnérables, blessés par la vie.

A 26 ans, j’enregistre le premier album « Que nos yeux soient lavés », puis « La reine désastres ». Je me donne toute entière à ces aventures. Je collabore avec d'autres artistes (Edgar de l’Est, Tiou). Premières scènes, festivals et tremplins sur les chapeaux de roues, sous le nom de Julie et le vélo qui pleure.
J’écoute Bonga, Souad Massi, Cesaria Evora, et toujours Barbara.
J’écris la pièce musico-théâtrale « J’ai rencontré des étrangers » et je reconstruis mes personnages de papier comme scénographie. J'y mets en scène et en chansons les rencontres faites dans le monde du soin avec l'aide du clown basque Ramon Albistur.

J’écris et enregistre l’album « Fragiles, debout » comme une ode à la vulnérabilité de l’homme. Je chante ce qui ne se dit pas sur des guitares brésiliennes et du oud du maghreb.

Je me lance dans la création de la MAATA (Maison des Arts et des Art-Thérapeutes d’Aquitaine).

J’écoute Carmen Maria Vega, Mathieu Boggarts, Bertrand Belin, Nicolas Jules, Camélia Jordana, Babx, Iddir, Emily Loizeau, Camille. Tous ceux là m’inspirent parce qu’ils sont en quête, entièrement.
Sans le savoir, j'engage en entrant aux Beaux Arts un travail que je poursuivrai sans cesse, à la frontière de l’art et de l’art-thérapie.

Je poursuis le chemin au fil des rencontres, les fragilités des uns s'accordant aux miennes, pour tisser une forte volonté de vie.

Diffusion 2016-2017-2018 "FRAGILES, DEBOUT ":
Scènes d'été en Gironde 2011/
Chantons sous les toits ( 81),  Albi/Villefranche d'albigeois (81)/Le Galetas (81)/Bordeaux chansons (33)/ Salles (33)/Le Teich (33)/Alriq, Bordeaux (33) / Miramont de Guyenne ( 47)/Les Carmes, Langon (33) /Baz’art,  (33)/Théâtre Artisse (33)/ Musicalarue, Luxey (40)/  Chessy (77) /Festival « Un grain de sel », (anciennement alors chante) - Castelsarrasin  (81)/Formarec, Cinéma Cadillac (33)/ VS contre le cancer, Lormont (33) /Blaye (33)/ Festival « /"Festival Chantons sous les pins », Soustons (40)//Lanton (33)/  Lormont, sortie d’album « Fragiles, debout »(33)/ /Libourne (33)/ Ivry (94) 


Diffusion 2014-2015 "J’ai rencontré des étrangers" : 
Cenon(33), Rocher de Palmer, St Selve (33), Lanouaille (24) Bordeaux (33), Hôpital Charles Perrens La Force (24),Fondation John Bost , Bordeaux (33), Théâtre Artisse

Finaliste Rencontres Mathieu Côte. Sémaphore en chansons, Cébazat pour Le vélo qui pleure.

« Labos chansons » Voix du Sud – Astaffort/ Master classe à l’Académie musicale de Villecroze avec Bruno Fontaine et Juliette.

 

Diffusion 2011-2012 « La Reine Désastres », tournée dans l’ouest de la France et Paris.Tournée « dégustation de vins et chansons bio chez l’habitant ». Festival Bastid'art (47), Toulouse (31), Blaye, Pessac, Chatelaillon (17), Montpellier (34), Astaffort (47), Belleviloise (75), le connetable (75)
Scènes d’été de Gironde+ Festival « En bonne voix ». Master Classe Villecroze.

2009  (Lauréate d’une Master classe avec Dominique Desmons et Michel Precastelli , Anne Sylvestre,interprétation en opérette et chanson française dans la prestigieuse Académie Musicale de Villecroze)

Diffusion 2008-2009  album " Que nos yeux soient lavés "
Tournée des Ptites Scènes de l’IDDAC+ Scènes d’été de Gironde +  émissions France 3 d’Eric Perrin, Sophie Viguier festivals « Jour de fête », « Bastid’art » (Miramont 47), Festival des Bords de Garonne /Finaliste tremplins Garorock et Milonga , Le Mans Cité Chanson.

P
remières parties : Olivia Ruiz, Têtes Raides, Bernard Joyet, Edgar de l’est, les Ogres de Barbarck, Emily Loizeau etc. 

2006 Premier EP « Le vélo qui pleure ou …le nez dans le guidon »

 
 

Collaborations artistiques

L'idée:

Deux artistes se rencontrent ou correspondent à travers l'interprétation d'une chanson commune. Ils cherchent en équipe des arrangements qui leurs correspondent. Chacun filme à distance et avec son téléphone et nous proposons un montage original. Pour le moment, c'est Anthony Martin qui a enregsitré, mixé et arrangé "De la main gauche" et "Les gens qui doutent". Nous n'avons pas encore testé la collaboration à distance, mais ça ne saurait tarder.
Evidemment, tout le monde peut s'emparer de l'idée, c'est une idée gratuite et généreuse dans un objectif de partage..(démodée? optimiste en tous cas..). Vous avez des suggestions?

Reprise de Danielle Messia "De la main gauche" avec Emmanuel Commenges (Impala
Mix et arrangements: Anthony Martin

Reprise "Les gens qui doutent" Anne Sylvestre, par Julie Lagarrigue, Emmanuel Commenges (Impala) et François Charpentier. Guitare et prise de son par Anthony Martin. Images: Magali Larroque/ Montage vidéo Julie Lagarrigue

Un travail sur le territoire

Médiation

Le dire Autrement est une Association Loi 1901, située en gironde. Elle a développé avec le temps différents volets et activités, le volet « Production », le volet  M.A.A.T.A (Maison des Arts et des Art-Thérapeutes en Aquitaine).

Ses objectifs: Promouvoir l’art et l’art-thérapie.

Les Ateliers:

En 2017, Julie intervient pour un stage « interprétation de la chanson » à ASAIS, des ateliers d’écriture de chansons à Charles Perrens, le projet « cabaret épistolaire » à La Force 24 (rencontre entre des jeunes lycéens MFR et des résidents de la fondation John Bost, correspondance, puis création spectacle musical.

Bientôt nous proposerons des traces de ces ateliers…

« Chansons en chantier »

Écriture de chansons, textes et musiques, accompagnés par plusieurs intervenants. (auteur/ musiciens/vidéos/ ingénieur du son/ travail scénique), pouvant donner lieu à des restitutions publiques (concerts) ou enregistrement cd, ou clip vidéos.

Le Dire autrement anime des ateliers d’écriture de chansons depuis 2013 à l’hôpital Charles Perrens de manière régulière , et sous formes de stages ou projets ponctuels : à l’association Ari-ASAIS, à la fondation John Bost, en MECS..

Collaborations diverses

  • Le Dire Autrement  est chargé de production et de diffusion de « j’ai rencontré des étrangers » & « Julie et le vélo qui pleure ».
  • 2013 | Labo chanson Astaffort :
    Dans l’ancienne école de Francis Cabrel. Rencontres sur deux jours autour de l’écriture de chansons avec de nombreux auteurs-interprètes encadrés par deDaguerre, le Larron, Guillo et Davy Kilembe.
  • 2013 - 2015 | Mugabeclown/ Ramon Albistur :
    Mise en scène « J’ai rencontré des étrangers » : école de Clown au pays basque espagnol.
  • 2000 - 2014 | Françis Got /Chant :
    Stages « souffle et voix »
  • 2012 | Denise Laborde / Chant :
    Technique de chant.
  • 2012 | Juliette et Bruno Fontaine @Académie de villecroze :
    MasterClass autour de l’interprétation en chanson française.
  • 2012 | Hubert Chaperon  :
    Mise en scène de Julie et le vélo qui pleure.
  • 2009 | Dominique Desmons @Académie de Villecroze :
    Masterclass autour de l’interprétation en opérette et chanson française.
  • 2008 | Jérôme Martin :
    Mise en scène de Julie et le vélo qui pleure.
Fermer le menu